Entreprendre en Developpement Durable

Depuis le sommet onusien de Stockholm en 1972, et bien avant, et en passant par d’autres dates et événements clés, la communauté des êtres humains que nous sommes ne cesse de se poser des questions sur ses choix et sur la trajectoire qu’elle a choisie pour son bien être. Pour symboliser cette longue et profonde réflexion, elle a inventé plusieurs concepts tels que le développement durable dont elle a même arrêtée une définition précise, la responsabilité sociale des entreprises, …etc; et elle a adopté, avec plus ou moins de difficultés, des résolutions et des accords tels que les normes financières, le protocole de Kyoto, ou encore les normes environnementales et sociales,…

Ce mouvement et les débats qui s’en suivent ne sont pas un fait de circonstance, bien moins un simple hasard ou un besoin ponctuel des élites pensantes de notre planète, il s’agit véritablement d’un débat de fond qui s’appuie sur des études socio-économiques et environnementales fondées et appuyés par des indicateurs rationnels et objectifs. Aussi et face à un sujet aussi large impliquant moult intervenants, une profusion de prise de positions, d’études, de productions scientifiques, de pratiques de management a vu le jour et a alimenté un débat qui arrive difficilement à converger vers les maux planétaires évidents et ceci sous le poids des intérêts, souvent contradictoires, des uns et des autres. La communauté humaine qui est, semble t-il, plus enclin à réagir rapidement et parfois efficacement dans l’urgence, a attendu pour réagir la réponse, parfois violente, de la nature et les sonnettes d’alarme sur la croissance démographique, sur la disponibilité des matières premières, des ressources hydriques et énergétiques,..etc. Mais il est honnête de mentionner que seule la composante, instruite et engagée de notre communauté, s’est mise en ordre de bataille et ait prit position., aidée en cela par l’apport précieux des outils de communication capables en quelques secondes de relayer à la fois les grandes réussites de notre communauté ainsi que ses grands échecs.

Ce mouvement naissant et promis à une longue vie interpelle nos pays dits en voie de développement. Nous sommes interpellés car nous tentons aujourd’hui de suivre les mêmes modèles de développement ayant conduit à la situation décrite plus haut. Un phénomène aggravé par la mondialisation qui rend les économies des bons et des moins bons étroitement liées, toutefois la marge de manoeuvre existe bel et bien et je dirai même qu’il s’agit là d’une marge d’offensive. les pays développés essaient aujourd’hui de limiter les industries polluantes et d’installer ces mêmes industries à proximité des sources des matières premières, soit chez nous; les pays développés transfèrent des problèmes sociaux sous le masque de la compétitivité vers nos pays en délocalisant plusieurs activités largement consommatrices de main d’oeuvre, encore une fois chez nous,… etc. Nous ne sommes pas opposés à ce processus mais nous pensons qu’il est anormal que les conditions de sa mise en oeuvre ignorent le retour sur expérience de tout un siècle d’industrialisation de notre planète.

Certains bailleurs de fonds dont les institutions de la banque mondiale ou d’autres banques internationales incluent, depuis quelques années déjà, des critères de durabilité qui ont attrait aux volets économiques, social et environnemental dans leurs décisions de financement (le dernier exemple en date est la centrale solaire de Ouerzazate dont la première phase  sera financée par la banque mondiale) mais cela ne représente qu’une infime part de l’effort que la communauté humaine doit consentir pour arriver à  un engagement honorable vis à vis des enjeux cités plus haut.

Nos pays en voie de « développement », que je met désormais entre guillemets car il est légitime de se poser la question sur la consistance et le teneur du développement que l’on souhaite à nos pays, doivent plus agir et moins subir et doivent innover pour trouver les mécanismes qui leur permettront d’assumer leurs choix. Car après la nature, c’est au tour des humains de remettre en cause les modèles que l’on s’efforce de suivre. La crise actuelle et les printemps, de quelque nationalité qu’ils soient, que nous vivons aujourd’hui, nous ne donnent-ils pas un dernier avertissement pour repenser à long terme nos stratégies de développement?

Si je suis tenté de répondre oui, je dois dire que la situation actuelle avec ses différentes alertes n’est pas porteuse que de contraintes mais elle est porteuse aussi de beaucoup d’opportunités pour nos pays : le monde développé est entrain de revoir ses paradigmes, soyons innovants et apportons des solutions alternatives à nous mêmes et à cette partie de notre communauté qui a entamé, depuis déjà quelques années, son militantisme pour un meilleur futur commun.

 

Omar BENAICHA

Entrepreneur en Développement Durable

 

Publicités

Hello world!

Welcome to WordPress.com. After you read this, you should delete and write your own post, with a new title above. Or hit Add New on the left (of the admin dashboard) to start a fresh post.

Here are some suggestions for your first post.

  1. You can find new ideas for what to blog about by reading the Daily Post.
  2. Add PressThis to your browser. It creates a new blog post for you about any interesting  page you read on the web.
  3. Make some changes to this page, and then hit preview on the right. You can always preview any post or edit it before you share it to the world.